Revue de presse

Vous retrouverez ici les interventions et décryptages dans la presse de Clémentine Baldon, régulièrement interviewée sur les aspects juridiques du changement climatique et plus largement des problématiques environnementales.

Greenwashing « Les clauses miroirs ne sont pas incompatibles avec l’OMC » La France agricole, 8 juillet 2021 Mondialisation, commerce, Europe

Extrait : « (…) Selon Clémentine Baldon, le risque d’incompatibilité des clauses miroirs avec le droit de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) est surévalué. Clémentine Baldon rappelle que, si la volonté de mettre fin à des distorsions de concurrence est un argument irrecevable au sein de l’OMC, l’organisme international reconnaît à ses membres la liberté de fixer le niveau de protection de la santé et de l’environnement qu’ils jugent approprié.

(…) Il faut noter qu’en 25 ans d’existence, l’OMC n’a émis qu’une vingtaine de décisions sur environ 70 000 mesures de protection notifiées par les États car susceptibles d’entraver le commerce. « C’est très peu », précise Clémentine Baldon. Par exemple, l’interdiction européenne d’importation de viande de volaille transformée par traitement chimique (« le poulet au chlore ») a donné lieu à de vives critiques de la part des États-Unis et un début de différend en 2009. Mais cette contestation n’est pas allée jusqu’au bout. (…) »

Pour lire l’interview en intégralité : Les clauses miroirs ne sont pas incompatibles avec l’OMC

Greenwashing Cinq jeunes Européens assignent des Etats en justice pour la signature d’un traité jugé climaticide Les Echos Start, 22 juin 2022 Mondialisation, commerce, Europe

Extrait : « De concert avec les militants écologistes, les cinq jeunes Européens jugent ce traité international « dangereux » car « incompatible avec les Accords de Paris qui visent à maintenir le réchauffement climatique en dessous des 1,5 °C. » Pour eux, le TCE autorise les multinationales à hacker les politiques écologiques, le maintien de ce traité menace donc directement leur avenir. C’est à ce titre qu’il constitue une violation de la Convention européenne des droits de l’homme, défend leur avocate Clémentine Baldon .”

Pour lire l’article en intégralité : Cinq jeunes Européens assignent des Etats en justice pour la signature d’un traité jugé climaticide

Greenwashing Cinq jeunes attaquent en justice un traité méconnu dangereux pour le climat La Tribune, 21 juin 2022 Mondialisation, commerce, Europe

Extrait: « En substance, les plaignants demandent à la Cour, pour protéger leurs droits, de contraindre les Etats visés à sortir de ce traité ou à le réformer en profondeur. Selon Clémentine Baldon, leur avocate au barreau de Paris, ce traité est incompatible avec les engagements internationaux en matière de climat pris dans le cadre de l’Accord de Paris et viole les obligations des Etats au titre de la Convention européenne des droits de l’homme ».

Pour lire l’article en intégralité : Cinq jeunes attaquent en justice un traité méconnu dangereux pour le climat

Greenwashing TCE, ce traité controversé qui « protège les énergies fossiles » Brut, 24 juin 2022 Mondialisation, commerce, Europe

Dans cette interview au media Brut, Clémentine Baldon explique les risques que fait peser le Traité sur la Charte de l’Energie sur la transition écologique et énergétique, ainsi que les raisons du recours engagé par cins jeunes Européens qu’elle représente à l’encontre de douze Etats signataires de ce Traité.

“Ce sont les mesures climatiques qui sont les plus attaquées. Les Pays-bas, dès l’annonce de la fermeture des mines de charbon d’ici à 2030, se sont par exemple fait attaquer par deux entreprises allemandes qui demandent plus d’un milliard chacune en indemnisation” explique Clémentine Baldon, avocate pour l’environnement. “Cinq jeunes militants européens ont décidé d’initier une action devant la Cour européenne des droits de l’homme contre une douzaine d’États européens qui font partie du Traité de la charte de l’énergie” ajoute l’avocate.

Pour écouter l’interview dans son intégralité : TCE, ce traité controversé qui « protège les énergies fossiles »

Greenwashing Clima e violazione dei diritti umani Trendiest magazine, 12 juillet 2022 Mondialisation, commerce, Europe

Extrait : « I querelanti affermano che il “Trattato sulla Carta dell’energia” ostacola l’azione per il clima e mina le loro tutele ai sensi della Convenzione europea dei diritti dell’uomo. Clémentine Baldon, un avvocato che li rappresenta, ha dichiarato in una e-mail che sperano che una sentenza a loro favore incoraggi i governi a uscire dall’accordo. È solo l’ultimo sforzo basato sui diritti per portare in tribunale chi non fa niente per il clima.

“È probabile che le controversie sul clima relative ai diritti umani continueranno ad aumentare”, ha affermato Baldon, in particolare se la Corte europea dei diritti umani si pronuncia a favore dei querelanti in questioni pendenti come il “caso delle nonne svizzere”.

Le “nonne svizzere” sono un gruppo di donne (età minima: 64 anni) che nel 2020 ha risalito il Reno per presentare una denuncia al tribunale di Strasburgo in cui si afferma che il governo svizzero non è riuscito a proteggere la loro salute a causa del peggioramento delle ondate di caldo dovute ai cambiamenti climatici .

Un altro caso citato da Baldon, depositato presso lo stesso tribunale nel 2020, sostiene che 33 Paesi non stanno proteggendo i diritti dei giovani in Portogallo alla salute e al benessere non limitando in modo sufficiente le emissioni (Baldon ha rappresentato un altro attore nel “Caso del secolo ” in Francia, che lo scorso anno ha ritenuto responsabile il governo di quel Paese per aver mancato i suoi obiettivi climatici). »

Pour lire l’article en intégralité (en italien) : Clima e violazione dei diritti umani

Greenwashing Des militants déterminés à poursuivre l’UE en justice pour ses directives sur la biomasse forestière Mongabay, 7 avril 2022 Mondialisation, commerce, Europe

Extrait : « Selon le professeur de droit, la coalition d’ONG devrait réussir à imposer à la Commission européenne une révision interne de ses politiques en matière de bioénergies, « mais il reste impossible, d’une manière générale, de contester ses décisions législatives [au tribunal]. »

Clémentine Baldon, avocate au sein du cabinet parisien Baldon, qui travaille conjointement sur l’affaire, a rapporté à Mongabay qu’elle ne partageait pas le point de vue de Ole Windahl Pedersen sur les chances de révisions du règlement Aarhus. Elle estime qu’il existe des moyens de « contourner les conditions excessivement restrictives pour mener l’affaire devant [le tribunal] », et elle va poursuivre l’UE sur la base des précédentes dépositions”.

Pour lire l’article en intégralité : Des militants déterminés à poursuivre l’UE en justice pour ses directives sur la biomasse forestière