Revue de presse

Vous retrouverez ici les interventions et décryptages dans la presse de Clémentine Baldon, régulièrement interviewée sur les aspects juridiques du changement climatique et plus largement des problématiques environnementales.

Action climatique et biodiversité « L’Affaire du siècle » : pour la première fois, l’Etat condamné pour inaction climatique Paris Match, 3 février 2021 Action climatique et biodiversité

Extrait : “(…) « Le tribunal a parfaitement compris les travaux scientifiques sur les causes et les effets du changement climatique. Ça ouvre une porte, ça pourra marquer d’autres affaires en matière de droit de l’environnement. La justice a pris l’Etat au mot, elle le juge responsable des manquements aux objectifs qu’il s’est lui-même fixé. Le deuxième grand volet de cette décision est d’ouvrir un autre débat pour décider de quelles mesures l’Etat va devoir adopter maintenant pour réparer le préjudice écologique », a salué l’avocate Clémentine Baldon (…)”.

Pour lire l’article en intégralité : « L’Affaire du siècle » : pour la première fois, l’Etat condamné pour inaction climatique

Action climatique et biodiversité « L’Affaire du siècle » : l’Etat condamné pour « carences fautives » dans la lutte contre le réchauffement climatique Le Monde, 3 février 2021 Action climatique et biodiversité

Extrait: “(…) Pour Clémentine Baldon, l’avocate de la Fondation Nicolas Hulot, le jugement du tribunal administratif de Paris est « révolutionnaire » à plus d’un titre : parce qu’il reconnaît la « responsabilité de l’Etat » dans la crise climatique, que son « inaction » sera désormais « illégale » et considérée comme la cause d’un « préjudice écologique » (…)”.

Pour lire l’article en intégralité : « L’Affaire du siècle » : l’Etat condamné pour « carences fautives » dans la lutte contre le réchauffement climatique

Action climatique et biodiversité Affaire du Siècle : l’Etat « responsable » de manquements dans la lutte contre le réchauffement Le Point, 3 février 2021 Action climatique et biodiversité

Extrait : “(…) « La justice a pris l’Etat au mot en le jugeant responsable des manquements aux objectifs qu’il s’est lui même fixés. Ce qui va permettre, nous l’espérons, de passer à l’action et aux mesures pour réparer », s’est félicitée Clémentine Baldon, une avocate des plaignants. (…)

Pour lire l’article en intégralité : Affaire du Siècle : l’Etat « responsable » de manquements dans la lutte contre le réchauffement

Action climatique et biodiversité Réchauffement climatique : l’Etat jugé responsable Le Journal du Grand Paris, 3 février 2021 Action climatique et biodiversité

Extrait : “(…) « Le juge administratif a considéré que l’Etat ne respectait pas les objectifs qu’il s’est lui-même fixés en matière de lutte contre le réchauffement climatique. C’est un moment historique », résume Clémentine Baldon. L’avocate, qui conseillait en l’espèce la Fondation Nicolas Hulot, l’une des quatre associations plaignantes (avec Oxfam France, Notre Affaire à tous et Greenpeace France) cite les lois consécutives au Grenelle de l’environnement et la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015. Des textes qui prévoyaient notamment une stratégie nationale bas-carbone, que le juge administratif estime donc n’être pas respectée par l’Etat lui-même.

« Le volume maximum d’émission de gaz à effet de serre fixé a été systématiquement dépassé et, que ce soit secteur par secteur ou globalement, les moyens n’ont pas été mis en œuvre, poursuit Clémentine Baldon. En termes de mobilité, par exemple, le report modal vers le train n’a pas fonctionné, c’est l’inverse qui s’est produit : le trafic routier a augmenté au détriment du train et non l’inverse, avec l’envolée des SUV, illustre-t-elle. Idem dans le bâtiment où au lieu de procéder à 300 000 rénovations de bâtiment par an, comme prévu, on en est à 70 000. Or l’Etat dispose d’une série de leviers, réglementaires, fiscaux ou par le biais de ses investissements », ajoute l’avocate, qui confiait, à l’issue du jugement, « son immense fierté et sa grande émotion » (…)”.

Pour lire l’article en intégralité : Réchauffement climatique : l’Etat jugé responsable

Action climatique et biodiversité ‘El caso del siglo’: El Estado francés es acusado por inacción contra el cambio climático RFI, 14 janvier 2021 Action climatique et biodiversité

Extrait: “(…) « Se trata de una acción no sólo jurídica sino también de movilización de la población », precisa Baldon. « El cambio climático tiene impactos tan graves que una parte cada vez más creciente de la población tiene mucha inquietud. Los expertos prevén que vamos a sufrir inundaciones, sequías, invasión de mosquitos vectores de infecciones, y esto va a afectar a toda la gente ».

El gobierno francés rechaza las acusaciones de inacción y plantea como ejemplo la Ley energía-clima aprobada en 2019, que debería permitir alcanzar la neutralidad carbono hacia el 2050, así como el compromiso de reducir de 40% las emisiones de gas a efecto invernadero de aquí al 2030 con relación a 1990.  Para los querellantes eso no es suficiente. « En Francia hay muchas declaraciones y muchas leyes que fijan objetivos. Nosotros con nuestra acción no pedimos más objetivos, sólo pedimos que se cumplan, porque Francia se presenta como el campeón en la lucha contra el cambio climático, y eso está muy bien. Pero no hay que hacer greenwashing  (pintarse de verde). Y si se dice, luego se tiene que actuar », asevera la abogada Clémentine Baldon (…)”.

Pour écouter l’interview en intégralité (en espagnol) : El caso del siglo’: El Estado francés es acusado por inacción contra el cambio climático

Action climatique et biodiversité L’Affaire du siècle : l’État à la barre pour « inaction climatique » France Inter, 14 janvier 2021 Action climatique et biodiversité

Extrait : “(…) À la barre, l’avocate des ONG Clémentine Baldon ne manquera pas de le rappeler : « L’aspect le plus important sera : comment le tribunal administratif va appliquer dans notre affaire la décision rendue par le conseil d’État dans l’affaire initiée dans la commune de Grande-Synthe, dans laquelle le Conseil d’État a reconnu pour la première fois que les engagements pris par la France en matière de réduction de gaz à effet de serre étaient contraignants. »

Ce jeudi, les conclusions du rapporteur public, dont les parties ont reçu un aperçu, seront écoutées avec attention, même si elles ne se seront pas nécessairement suivies par le tribunal. Pourtant, Clémentine Baldon est optimiste : en cas de victoire, l’État pourrait être sommé d’agir, et se voir obligé de verser 1 euro très symbolique au titre du « préjudice écologique » (…)”.

Pour lire l’article en intégralité : L’Affaire du siècle : l’État à la barre pour « inaction climatique »